1. APPEL A COTISATION ORDINALE 2019 ET CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE / 2. OFFICINE EXPO 2019, les 1 & 2 Mars 2019 à MARRAKECH
Accès professionnel :   Format : OP9999-S1
Inscription à l'Ordre     Mot de passe oublié ?
Info Santé
Une étude montre que des médicaments indiens de mauvaise qualité finissent en Afrique
Par ONP | Lu 3943 fois | Dim 02 nov 2014 09:53
Médicaments contrefaits
Médicaments contrefaits

Une tude montre que des mdicaments indiens de mauvaise qualit finissent en Afrique
Des gnriques envoys par quelques labos indiens en Afrique se sont montr
de moins bonne qualit que ceux vendus par ces mmes labos en Inde ou
ailleurs qu'en Afrique, selon des tests faits sur 1.470 chantillons, ont
annonc des chercheurs.

Deux antibiotiques largement utiliss et deux traitements de la TB,
clairement fabriqus en Inde, contiendront trs certainement moins de
principe actif quand ils sont vendus en Inde, en comparaison des mmes
produits vendus d'autres pays comme la Russie ou la Chine, d'aprs un
article du National Bureau of Economic Research
http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=2492979##

Ces rsultats laissent entendre que les fabricants indiens envoient vers
les pays plus pauvres des mdicaments de mauvaise qualit, crivent les
auteurs.

Les inspections de la U.S. Food and Drug Administration FDA ont mis en
vidence des questions sur la qualit dans les sites de fabrication
indiens,
comme la manipulation et la tromperie sur les tests faits pour montrer que
le principe actif est bien actif comme il le devrait. La FDA a cart plus
de 36 sites de fabrication en Inde, dont certains appartenant Ranbaxy
http://www.bloomberg.com/quote/RBXY:IN et aussi Sun Pharmaceutical
Industries http://www.bloomberg.com/quote/SUNP:IN, qui ne peuvent plus
fournir les Etats Unis. L'article ne citent pas les produits concerns.

Des productions de gnriques de qualit infrieure
peuvent s'avrer dangereux pour les malades et promouvoir des rsistances
qui saperont dans le futur l'efficacit de produits mmes s'ils sont de
bonne qualit, dclarent les chercheurs dans leur rapport. Fabriquer des
antibactriens de mauvaise qualit peut s'avrer trs lucratif car dtecter
les questions de qualit peut tre trs difficile faire par les
utilisateurs finaux.

L'Organisation of Pharmaceutical Producers of India (le LEM local NDLR) a
refus de commenter. Il en est all de mme pour Sun Pharma. Krishnan
Ramalingam, le porte-paroles de Ranbaxy, n'a pas rpondu un email lui
demandant de commenter.

Widespread Manufacturing Researchers, un institut acadmique dirig par
Roger Bate, financ par l'institut The Legatum Institute et par des fonds
canadiens du Humanities Research Council of Canada, a runi 1.470
chantillons fabriqus par 17 labos indiens. Les chantillons ont t pris
dans des pharmacies en Afrique, en Inde et dans des pays aux revenus
moyens, dont la Chine et la Russie ainsi que le Brsil.

Lors d'une confrence tenue hier Washington, Bate a dclar avoir vu des
produits de la pire qualit de ces mmes labos dans certains pays. Il
s'agit de fabricants bien tablis qui se permettent d'expdier des produits de
mauvaise qualit l'tranger.

Les chercheurs ont montr que 17,5% des chantillons de rifampicine vendus
en Afrique taient sous-doss, ils avaient moins de 80% de la quantit de
principe actif voulue. En Inde, 7,8% du mdicament est apparue sous-dose,
selon cet article.

Rsultats sur les antibiotiques

Environ 9% des chantillons de ciprofloxacine, un antibiotique largement
utilis, vendus en Afrique se sont montr sous-doss, contre 3,3% en Inde
et zro pour cent ailleurs. Des quatre produits tudis, les chercheurs n'ont
tudis que la ciprofloxacine dans les pays hors de l'Afrique et de l'Inde,
car la disponibilit du mdicament dpend de la prvalence des
indications.

Au total, 10,9% des produits collects se sont montrs dfectueux lors des
tests sur le principe actif, et 7% apparaissent sous-doss.
Le reste est fait de produit falsifis, ce qui veut dire qu'ils ne
contenaient aucun principe actif et ils semblaient venir de Chine,
d'aprs les chercheurs.

Le risque d'tre pris, en Afrique, est bas parce que les pays sont
typiquement pauvres, avec une population moins duque et que la
rglementation sur la qualit des mdicaments y marche mal, ont crit les
Auteurs.

Il faut aussi faire la distinction entre les labos qui suivent les rgles
et les autres. La plupart des produits sous-doss proviennent de labos qui ne
sont pas enregistrs dans le pays de destination et nombre de produits
falsifis proviennent de labos rgulirement enregistrs, mme s'il s'agit
de contrefaons, d'aprs cet article.

Des attentes la baisse

Le gouvernement indien ne s'attend pas aux mmes niveaux de qualit que
d'autres agences de sant, a dclar Mark Dybul, executive director du
Fonds Mondial de lutte contre le SIDA, la malaria et la TB.

L'Inde est un gros problme, a dclar Dybul lors de cette confrence
Washington. Ainsi, le gouvernement
indien fournit ses citoyens les produits les moins chers et de la plus
mauvaise qualit pour lutter contre la tuberculose, alors que les produits
fournis par l'aide internationale sont d'une qualit nettement meilleure,
mme s'ils sont achets des labos indiens, a dclar Dybul.

Pour contacter les journalistes sur ce sujet: Anna Edney Washington
aedney@bloomberg.net
Pour contacter les diteurs: Reg Gale rgale5@bloomberg.netAndrew Pollack,
Drew Armstrong. Sources: Re-med

PRE-INSCRIPTION A LA JONPCI


 Info Santé (97)
 Santé pour tous (17)
 Hygiène (4)
 Info CNOP (70)
©2019 Ordre national des pharmaciens de Côte d'Ivoire  |  Mention légale